Température des eaux sur l’Hexagone

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
Relevés et variation saisonnière
de température des eaux sur l’Hexagone

La Méditerranée

L’ été, la mer méditerranée réchauffée par l’ensoleillement jusqu’au mois de sep­tembre est constituée de deux cou­ches: une couche chauffée par le soleil mais pouvant être refroidie par les vents, et une couche froide, voisine de 13°C, plus profonde. En l’absence de vent, la frontière dite ther­mocline entre les eaux de surface réchauffées et les eaux froides, peut descendre jusqu’à 35 voire 45m pendant plusieurs semaines. Audessus, la température reste relativement stable, jusqu’à 23 à 25°C en mo­yenne, tant que le vent ne chasse pas cette couche d’eau chaude vers le large avec pour conséquence la remontée d’eaux plus froides sur les zones côtières. Phénomène qui explique que la température de surface puisse chuter de plus de 8°C en l’espace d’une journée quand le Mistral ou la Tramontane se lève l’été. Il s’agit du phénomène d’upwelling qui explique la plongée dans une eau à seulement 14°C certains jours en méditerranée en plein cœur de l’été! L’hiver, une fois les eaux de surface refroidies, la mer méditerranée retrouve une température uniforme, voisine de 13°C.

Le Golfe du Lion

Le Golfe du Lion est la région où, en raison de la dilution rhodanien­ne et de la régularité des vents de nordouest, l’eau atteint les températures les plus basses de la méditerranée pouvant avoisiner les 10°C en hiver (entre 11 et 13°C généralement) et un maximum estival dépassant peu les 22 à 24°C en moyenne. La formation l’été d’une cou­che thermocline qui peut s’enfoncer jusqu’à 25m de profondeur, où le gradient thermique peut atteindre 8°C en moins de 5m, isole fortement les eaux de surface du refroidissement que produirait, sinon, leur contact avec la couche d’eau froide en dessous, voisine des 10°C.

En Bretagne

Dans la zone nord-ouest du Cotentin, les courants de marée intenses et les faibles profondeurs provoquent un brassage continuel des eaux avec pour conséquence une faible différence de température entre la surface et le fond. La température hivernale varie de 8 à 10°C au fond du golfe (6°C mini.), et de 15 à 17°C l’été (18°C max.), sauf dans la baie du mont SaintMichel où elle peut atteindre 22°C du fait de l’extension des estrans. Vers l’ouest (Manche ouest), la température hivernale moyenne augmente de 8 à 10°C (mini­mum 6°C), tandis que l’estivale diminue de 17 à 15°C (maximum 17-18°C). En Bretagne sud, la température relevée l’hiver est de 8°C en moyenne, et 16°C maximum l’été, voire un peu plus en zones peu profondes.

En Manche

Les forts courants de marée de la Manche ont pour effet de mélanger les eaux à tou­tes les profondeurs, et donc la température à moins quarante mètres est quasiment identique à celle de la surface. Il arrive qu’elle oscille entre 10 et 12°C l’hiver, sinon de l’ordre de 7 à 8°C en moyenne, et 17 à 18°C l’été.

En Façade Atlantique

Les variations annuelles de la température de surface y sont relativement fai­bles: de 6 à 8°C en hiver (un peu moins froide en Gironde et Pyrénées Atlantique), jusqu’à 18-20°C l’été. 21 à 22°C près du rivage en LoireAtlantique et Vendée. Tout au plus 10 à 12°C au fond.

En carrière

Vu la taille des plans d’eau, les conditions en carrière sont un peu différentes qu’en lac. Leur température en surface approche généralement 14 à 20°C l’été, sauf certaines carrières un peu plus réchauffées. En profondeur, on y rencontre en été des conditions relativement plus clémentes qu’en lac, sauf les carrières où règne au fond une température hivernale quasi constante tout le long de l’année: 4 à 6°C environ. À l’automne, ces plans d’eau se refroidissent jusqu’en profondeur où la température se stabilise autour de 6-8°C vers févriermars, avant retour vers des températures plus clémentes au mois de mai avec le réchauffement des eaux en surface (10 à 15°C au printemps).

Les grands lacs alpins

Tandis que la surface des lacs peut se réchauffer jusqu’à 20-25°C l’été, mais rarement sur plus de 1m d’épaisseur, il faut s’attendre en dessous à y rencontrer des températures inférieures à 10°C jusqu’à une couche thermocline marquant, sur quelques mètres d’épaisseur, une nette différence de température qui avoisine les 5 à 6°C en dessous, comme c’est le cas vers 30-40m de profondeur dans les grands lacs alpins (Léman, Bourget, Annecy, Aiguebelette). Comme les conditions hivernales ne les refroidissent pas, excepté les eaux de surface qui peuvent atteindre des températures extrêmement basses (8 à 2°C), on comprend l’intérêt d’y plonger en hiver où l’agression thermique sera paradoxalement beaucoup moins importante qu’au plus fort des mois d’été où le gradient de température peut atteindre 20°C pour gagner la profondeur souhaitée. Pour ces plongées, le fait de se munir d’une combinaison semiétanche ou étan­che ne relève ni de l’utopie ni de l’exagération en plein été alors que la température extérieure peut frôler les 30°C

F.RENÉ


 

  • Article mis à jour le 21/04/2017
  • - Lu 3957 fois


  • Température des eaux sur l’Hexagone
    4.5 44 votes

  • Vos appréciations 

  • Partagez cet article

    ©  LA PLONGÉE DANS TOUTE SA THÉORIE, 2018  − Tous droits réservés
    Reproduction intégrale ou partielle interdite, sauf à usage personnel

    Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
    Votre commentaire