La procédure en cas de remontée trop rapide

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Procédure d’urgence en cas

de remontée trop rapide d’une profonde

Comme le yoyo lors d’exercices que nous devons limiter, en raison de son danger, à deux remontées audelà de 30m, à trois tout au plus au nitrox, il est prudent de ne pas se fier aux données de son ordinateur en cas de remontée verticale trop rapide –quand il émet un bip d’alarme continu d’une plongée profonde en pleine eau avec palier(s). Car le calculateur aura le défaut de seulement majorer les paliers au vu de ce qui se passe… sans réclamer de recompression dans l’urgence, en moins de 3min, com­me il était de règle avec les tables dans le but de recomprimer les bulles vasculaires grossissantes qui risquent de créer des bouchons (une embolie responsable de l’accident de décompression) malgré l’allongement des paliers.

La différence des tables est qu’elles obligeaient des paliers plus profonds dans ces conditions: d’abord à 12m (¼ du temps du palier que l’on devait faire à 3m), puis 9m ( du temps) après 1min de remontée, puis à 6m (½ temps), enfin à 3m (1,5  sa durée normale). C’était du moins la procédure US Navy qui restait en vigueur dans le monde, sauf en France où les militaires et la COMEX ont instauré, dans les années 90, une procédure de recompression différente: la redescente à miprofondeur de sa plongée et s’y maintenir 5min avant de regagner les paliers que l’on recalculait en conséquence.

N’ayant jamais été remise en question, c’est la procédure d’urgence qui devrait toujours s’appliquer en cas de remontée trop rapide d’une profonde (> 35m), à savoir 5min à miprofondeur suivies du profil de décompression calculé par l’ordinateur. Sinon à quoi bon allonger les paliers!? sous la menace de bouchons vasculaires (d’ADD) créés par les bulles circulantes qui atteignent leur volume critique pendant la remontée catastrophe: leur durée ne chargera pas grandchose, contrairement aux idées reçues, à moins de les faire plus profonds de façon à recomprimer les bulles. Non sans risque, il est vrai, de redescendre en plein dégazage le l’organisme à la décompression, en raison du FOP (shunt cardiaque chez 25 à 30% d’entre nous) que nous forçons au passage des oreilles (Valsalva) libérateur de chapelets de bulles circulantes susceptibles d’emboliser les territoires vasculai­res cérébraux (ADD cérébral) et de l’oreille interne (ADD vestibu­laire)

F.RENÉ

  • Article mis à jour le 22/09/2017
  • - Lu 5384 fois


  • La procédure en cas de remontée trop rapide
    4.5 73 votes

  • Vos appréciations 


  • Partagez cet article

    ©  LA PLONGÉE DANS TOUTE SA THÉORIE, 2018  − Tous droits réservés
    Reproduction intégrale ou partielle interdite, sauf à usage personnel

    Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
    Votre commentaire