La plongée chez les plus jeunes

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Règlementation

Les jeunes plongeurs (8-14 ans)

Aucune limite d’âge n’étant fixée par la législation française pour la pratique de la plongée, hormis la majorité requise pour la plongée en autonomie, les différents organismes de plongée en France (FFESSM, FSGT, ANMP, SNMP et UCPA) ont défini leurs propres règles pour l’accueil des jeunes dans les clubs et leur formation. L’une des finalités du cursus Étoile de Mer (1re, 2e et 3e Étoile) dans les clubs FFESSM est l’acquisition des éléments de base de l’apnée à faible profondeur, sans âge minimum, pour permettre aux plus jeunes de s’adonner aux joies de la randonnée subaquatique avec des apnées courtes et peu profondes, à 1m maximum, dans l’attente de l’âge requis pour la plongée bouteil­le:8ans.

Les conditions d’accueil


Même accompagnés de leurs parents, les jeunes plongeurs (8-14ans) ne doivent pas se changer avec les adultes dans les vestiaires collectifs pour la plongée ou en piscine, mais dans les vestiaires qui leur sont dédiés (1 côté fille et 1 côté garçon) ou dans les cabines individuelles, selon les règlements en vigueur en matière d’accueil de mi­neurs.

Les risques chez les plus jeunes

L’interdiction de la plongée en bouteille avant 7-8ans s’appuie sur l’insuffisance de la souplesse alvéolaire des poumons chez les plus jeunes qui les expose au risque de barotraumatisme, même à faible profondeur; un risque majoré par la petite taille de leurs bronches qui est facteur de surpression en freinant l’écoulement du tropplein d’air à l’expiration quand ils remontent vers la surface. Citons le cas de cet enfant de 12ans qui, deux heures après son baptême à 3,40m en piscine, présentait tous les signes d’un ADD (paresthésies de la main droi­te, parésie de la jambe gauche, somnolen­ce…) sans trop expliquer les raisons, en fait les symp­tômes d’une embolie gazeuse cérébrale imputable à la surpression pulmonaire dont il a été victime malgré la faible profondeur, sans que son moniteur n’ait été alerté par la brève douleur ressentie aux poumons qu’il n’a pas signalée.

Les résistances pour respirer sont aussi facteurs d’essoufflement chez les plus jeunes, le temps du grossissement de leurs bronches avec l’âge (la taille); essoufflement qui est un danger en plongée en raison de la panique provoquée chez l’enfant. Un second argument, moins crucial, est lié aux végétations qui ont tendance à gêner le passage de l’air au niveau de la trompe d’Eustache compte tenu de leur emplacement proche des orifices tubaires

S’ajoute la maturation psychologique. Les enfants n’agissent pas, ne pensent pas et ne réagissent pas comme les adultes en milieu sousmarin où la peur peut engendrer une réaction de panique. Il y a des risques avant la maturité acquise vers l’âge de 7ans pour l’acceptation des règles de plongée: le suivi de la palanquée et le respect des consignes de sécurité. Il n’en demeure pas moins que l’amusement reste le moteur de la pratique, les aspects techniques ne sont qu’accessoires pour les enfants. La pratique des enfants se concentre donc pour l’essentiel autour du jeu, vecteur fondamental de l’apprentissage, non la technique qui ne doit surtout pas être une finalité à part entière comme la pratique adulte en piscine. C’est seulement à partir de 12ans que la compréhension des dangers inhérents à l’activité, donc des risques d’accident, devient possible.

Qu’à partir de 8 ans

La plongée bouteille envisageable qu’à partir de 7-8ans, et à condition de limiter la profondeur, explique la limite d’âge fixée à 8ans par les plus grands acteurs mondiaux de la plongée, excepté SSI: 10ans minimum. En France, leur accueil dans les clubs est conditionné à l’autorisation écrite préalable du parent ou du tuteur légal, y compris son accord pour un baptême dont il a été préalablement informé des risques pour la santé de l’enfant. S’ajoute l’obligation de présenter un certificat médical d’absence de contreindication (CACI) que tout médecin est amené à délivrer pour l’attestation de leurs aptitudes à plonger après le baptême. Il doit être rédigé sur le formulaire FFESSM téléchargeable à son inten­tion sur https://medical.ffessm.fr.

Sous certaines conditions

Outre la limitation de profondeur pour prévenir le risque de surpression en cas de remontée panique, et le passage des oreilles qui appelle à la plus grande vigilance pour la prévention des otites barotraumatiques en raison de la plus grande perméabilité de la trompe d’Eustache chez l’enfant, le froid est le principal facteur limitant sa plongée. En raison d’un rapport surface ­corpo­relle­ /poids plus élevé que l’adulte, de son mince pannicule adipeux souscutané, et de ses stocks plus limités en substrats énergétiques (d’ATP de leurs muscles) producteurs de chaleur avec l’activité musculaire, sa plus grande exposition au froid nous oblige à limiter la durée de sa plongée pour qu’il n’ait pas à en subir les con­séquences:25min maximum si la température de l’eau ne dépasse pas 22°C, 10min tout au plus à 12°C. Et justifie l’interdiction de plongées dans les eaux plus froides (< 12°C).

En outre, les règles fédérales ne l’autorisent qu’à une seule plongée par jour jusqu’à 12ans. Il s’agit d’une précaution compte tenu des phénomènes gazeux à la décompression qui n’ont toujours pas été étudiés chez l’enfant pour mesurer les différences (car il y en a forcément…) avec les plongées sans palier de l’adulte. Une limite de profondeur qui se justifie aussi par la prévalence du foramen ovale (une valve qui normalement se ferme avec l’âge au niveau de paroi interauriculaire du cœur) restant perméable chez 40% des 7-8ans. Car il favorise le passage de bulles vasculaires, liées aux phénomènes de dégazage de l’organisme à la remontée, dans leur circulation artérielle qui est facteur d’embolie cérébrale avec vertiges, nausées, vomissements et nystagmus en cas d’atteinte vestibulaire (de l’oreille interne).

La morphologie des jeunes nécessite un matériel vraiment spécifique. À commencer par le gilet adapté à leur taille, tout comme le bloc choisi:6 ou 10litres, voire 4L pour les plus jeu­nes. Un détenteur avec un embout spécifique est aussi une condition né­cessaire. Leur tuba doit être obligatoirement pour enfant com­me l’atteste leur marquage CE conformément à la norme NF EN1972 (mars 2016) qui limite la taille et le volume des modèles pour enfants et les personnes de petite taille (< 1,50m) pour moins augmenter l’espace mort qui, sinon, favorise leur essoufflement avec un tuba adulte.

Sans dépasser 6 ou 12 m de profondeur
20 m qu’à partir de 12 ans

La FFESSM a défini les niveaux d’évolution de ces jeunes selon la compétence obte­nue: Plongeur de Bronze, Plongeur d’Argent ou Plongeur d’Or à partir de 10ans, selon la formation choisie, mais sans l’obligation de posséder le(s) ni­veau(s) inférieur(s).

Après leur baptême à 2m de profondeur pour les moins de 10ans, sinon 3m jusqu’à 14ans, ces brevets ainsi que les qualifications plongée du bord, bateau, aidemoniteur… s’ins­crivent dans un cursus de formation sous la responsabilité d’un initiateur ou d’un E2 pour les Plongeurs d’Or. Elle a pour but l’acquisition des compétences pour s’adonner aux joies de la plongée avec un copain dans 6m d’eau, sous la conduite d’un initiateur. Et même de se faire accompagner de ses parents plongeurs, ou de deux autres plongeurs, dans le cas du Plongeur d’Argent encadré par un Guide de palanquée. Cela dans les mêmes conditions concernant les Plongeurs d’Or, mais en plongées un peu plus profondes (12m) avant envisager descendre à 20m dès l’âge de 12ans.

La dérogation accordée à ces derniers de pouvoir évoluer dans la zone des 20m s’inscrit aussi dans le but de basculer dans le cursus adulte de formation Niv.1 qu’ils peuvent envisager sans plus attendre l’âge de 14ans normalement requis pour délivrance du brevet. L’âge minimum peut être abaissé à 12ans à leur demande, avec l’accord des parents, et à condition d’obtenir l’avis favorable du moniteur ainsi que l’accord du prési­dent /responsable du club

F.RENÉ

Ailleurs, quelles sont

leurs PRÉROGATIVES ?


Les enfants de 8 à 10ans certifiés PADI Bubblemaker ou SealTeam sont limités à la plongée en piscine. Jusqu’à 12m en milieu naturel pour les 10-11ans Open Water Junior accompagnés d’un parent /tuteur plongeur ou d’un encadrant. Les plus âgés (12-14ans) peu­vent plonger avec un adulte jusqu’à 18m.

SSI limite la profondeur à 5m pour les jeunes initiés à la plongée: les Scuba Rangers de 8 à 12ans. À partir de 10ans, les Scuba Diver sont formés pour plonger avec un encadrant à une profondeur maximale de 12m. Jusqu’à 18m avec un parent /tuteur dans le cas des Open Water dès l’âge de 15ans.

À la FSGT, après baptême à 2m, l’enfant de 8 ou 9ans peut évoluer avec un moniteur à une profondeur de 3m; à 5m à 10-11ans; à 10m à 12ans. Qualification PE 12 ou Niv.1 accessible dès l’âge de 12ans.

  • Article mis à jour le 12/08/2019
  • - Lu 5311 fois


  • La plongée chez les plus jeunes
    4.5 39 votes

  • Vos appréciations 
  • Le cursus FFESSM “jeunes plongeurs

    PLONGEUR DE BRONZE  1026 brevets en 2018

    Le but de cette formation est de familiariser le jeune plongeur avec le matériel de plongée : ses palmes, ses plombs, sa combi, son masque, etc. qu’il doit préparer pour s’équiper et rassembler après sa plongée. De lui apprendre à se mettre à l’eau, et les gestes de base qui lui permettront de se déplacer en toute sécurité en surface et sous l’eau, en sachant gonfler /dégonfler son gilet pour l’immersion et la flottaison. Il apprend à utiliser un tuba, à s’équiper et se déséquiper du scaphandre en surface, à équilibrer ses oreilles, à vider son masque s’il y a un peu d’eau dedans, à lâcher et reprendre son embout de détendeur, et à communiquer sous l’eau. En somme toutes les compétences requises pour se balader ensuite avec un camarade dans 6 m d’eau, sous l’encadrement d’un initiateur.

    PLONGEUR D’ARGENT  806 brevets en 2018

    À l’issue de cette formation, le jeune plongeur à acquis les compétences de plongeur avec des connaissances théoriques élémentaires. Il est capable de se déplacer en surface sur une distance de 50m environ avec son scaphandre, s’équiper /déséquiper de façon autonome, s’occuper du rinçage du matériel et de son rangement après la plongée. Il sait se mettre à l’eau selon les techniques adaptés aux conditions (piscine, plage, bateau), effectuer le capelage /décapelage sans besoin d’assistance en surface, s’immerger de manière autonome (phoque, canard…), se maintenir à un niveau d’immersion avec maitrise du poumon ballast et l’aide de la ‘stab’. Et faire face à certaines situations comme: réagir au remplissage total du masque, demander de l’air et respirer sur le deuxième détendeur du moniteur s’il tombe en panne d’air, la conduite à tenir lorsqu’il perd son moniteur… Ceci dans l’objectif de pouvoir plonger accompagné de deux adultes ou copains et du Guide de palanquée dans 6m d’eau.

    PLONGEUR D’OR  987 brevets en 2018

    En ayant surtout pris en compte son niveau de maturité pour le comportement en palanquée, et son contrôle de la remontée à l’aide du gilet (sans assistante de l’encadrant), le plongeur d’Or a lui toutes les compétences pour évoluer à plus grande profondeur avec des adultes: jusqu’à 20m à partir de 12ans. Ses prérogatives sont en ce sens assez proches du Niv.1.

    Règlementation des séjours plongées SANS LEURS PARENTS

    L’organisation de séjours plongée à destination des jeunes licenciés à la FFESSM ou FSGT doit se faire dans le respect de la réglementation relative à l’organisation des séjours spécifiques tels que définis à l’article 1 de l’arrêté du 1er aout 2006. Les séjours concernés sont ceux comportant au moins une nuitée, organisés par le Comité régional, le Comité départemental ou le club, et qui accueillent plus de six mineurs (art.R 227‑1 du Code de l’action sociale et des familles). Ne sont aucunement visés par la règlementation les enfants et adolescents sous la responsabilité directe de leurs parents durant le séjour.

    Obligation de déclaration d’un séjour spécifique auprès la Direction départementale de la cohésion sociale (exDDJS) du siège social de l’organisateur. À effectuer au moins deux mois avant le début du séjour (art.R 227‑2). Il lui sera communiqué un récépissé de déclaration, un numéro d’enregistrement et une fiche complémentaire qu’il devra retourner complétée huit jours avant le début du séjour pour vérifier les conditions d’honorabilité des encadrants conformément à l’art.L 212‑9 du Code du sport

    N.B.: Se renseigner des modalités de la déclaration par téléprocédure.

    Obligation des séjours avec hébergement dans des locaux déclarés auprès de la DDCS (n° d’identification) comme accueillant des mineurs. Ils doivent permettre aux filles et aux garçons de dormir dans des lieux séparés, leur mettre à disposition un couchage individuel, avec une utilisation distincte des sanitaires, une infirmerie (art.R 227‑5 et R 227‑6).

    Obligation d’encadrement du séjour par au moins deux personnes pas forcément titulaires du BAFA dans le cas des moniteurs diplômés d’État ou fédéraux non rénumérés, comprenant les initiateurs (art.R 227‑19). Comptez au minimum un encadrant pour douze mineurs, hors plongées. Il appartient à l’organisateur de désigner l’une d’elles comme directeur du séjour.


    Partagez cet article

    ©  LA PLONGÉE DANS TOUTE SA THÉORIE, 2018  − Tous droits réservés
    Reproduction intégrale ou partielle interdite, sauf à usage personnel

    Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
    Votre commentaire