Danger du yoyo excessif lors d’exercices

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Danger de la trop grande

répétition du yoyo lors d’exercices

LES yoyos qui s’enchaî­nent lors des exercices de remontée, d’assistance et de sauvetage, surtout chez les moniteurs avec deux ou trois plongeurs, sont un danger à cause chez un peu plus d’un quart d’entrenous qui sommes porteurs d’un FOP du shunt cardiaque provoqué par le passage de nos oreilles à la redescente (Valsalva); un danger car chassant vers la circulation cérébrale et la portion cervicale de la moelle épinière, au lieu d’être filtrées par nos pou­mons, un chapelet de bulles générées par le dégazage de l’organisme à la remontée. Le danger du passage cérébral des bulles que nous cumulons à force de répéter les yoyos, quel que soit le degré de réussite des exercices, est qu’elles sont source d’embolie (d’ADD) dans ses territoires, surtout d’accident vestibulaire qui déclenche de gra­ves vertiges. La prédominan­ce nette des atteintes de l’oreil­le interne peut aussi être mise en rapport avec la fragilité neurosensorielle de cet organe qui possède une vascularisation de type terminal.

Au problème du FOP s’ajoute le risque d’accident de décompression lié à l’amplification du dégazage à force de répéter les exercices de remontée qui ne sont absolument pas pris en compte par nos ordinateurs pour adapter la décompression à leur décours. C’est un risque lié à la recirculation des bul­les agglomérées dans le filtre pulmonaire (loi de BoyleMariotte oblige) qui amplifie leur grossissement à la remontée suivante en se gavant des gaz dissous environnants, surtout à leur passage cérébral et médullaire (car neurones riches en lipides réservoirs de gaz dissous), provoquant un encombrement circulatoire si important quelquefois que des bouchons (embolie) se produisent : c’est l’accident de décompression. D’où la limitation des exercices de remontés à quatre maximum dans la zone des 20m, à trois en partant d’un fond de 30m, à deux audelà (trois au nitrox).

F.RENÉ

  • Article mis à jour le 12/04/2020
  • - Lu 7899 fois


  • Danger du yoyo excessif lors d’exercices
    4.4 32 votes

  • Vos appréciations 


  • Partagez cet article

    ©  LA PLONGÉE DANS TOUTE SA THÉORIE, 2020  − Tous droits réservés
    Reproduction intégrale ou partielle interdite, sauf à usage personnel

    Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

    Un commentaire

    1. Les Yoyos excessifs !
      Alors nous les professionels des TPSM (Travaux publics sous-marins) ont devrait être tous morts ayant pratiqué des “Yoyos” pendant tous nos travaux nécéssitant des allers et retours surface/fond/surface. Depuis qu’à 20 ans, scaphandrier à cette date, jusqu’à 68 ans, j’ai pratiqué des “Yoyos” je me porte bien heureusement.

    Votre commentaire