Bühlmann toujours comme référence de calcul

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
A.Bühlmann30 ans de recherche
sur la plongée profonde

L’étude que le professeur Albert A. Bühlmann en gagea à l’Université de Zürich en 1958 avec Hannes Keller –pro­fesseur de mathématique et pionnier de la plongée profonde eut un impact important sur la plongée à l’idée de pouvoir repousser les limites de profondeur grâce au mélange héliox (hélium + oxygène). Les tests qui permirent à ce dernier d’atteindre une profondeur de 122m au lac de Zurich en 1959, puis de 152m l’année suivante au lac Majeur, suscita non seulement l’intérêt des militaires, mais aussi du géant de l’industrie pétrolière, Shell, qui finança pendant 17ans ses recherches visant les plongées profondes à satura­tion pour les chantiers pétroliers offshore à plus de 100m de profondeur. Car il est question de système de plongée à saturation quand les gaz respirés se dissolvent à 100% dans l’organisme des plongeurs, non qu’une fraction en moins en 12h, à l’idée de les maintenir plusieurs jours pressurisés (le temps des travaux) à la profondeur du chantier situé à l’aplomb du naviresupport de leur caissonhabitat, avec ascenseur pressurisé (tou­relle) pour s’y rendre, avant leur décompression que Bühlmann entrepris de calculer.

Profondeur record de -300 m
atteinte dans les années 60

En 1961, deux plongées fictives effectuées à quatorze jours d’intervalle en chambre hyperbare à Toulon (au GERS) et à Washington (US Navy) leur permirent de tester les mélanges et la décompression: 10min à 215m avec 140min de déco, et 15secs à 300m avec 31min de déco; record que H.Keller confirmera deux mois plus tard au lac Majeur (222m), puis l’année suivante, avec le soutien logistique de l’US Navy, au large de l’ile de Santa Catalina en Californie (5min à 305m + 270min de déco) lors d’une plongée dramatique qui, ayant couté la vie de son coéquipier, stoppa ses ambitions d’aller plus profond. À partir de 1964, des séries de tests d’exposition longues jusqu’à saturation commencent à être menés en chambre hyperbare 31ATA à Zürich. Après de nouvelles expérimentations avec la Royal Navy en 1969 (220 et 350m en caisson à Alverstoke), l’étape en milieu naturel fut seulement franchie en 1975 par la COMEX (327m au Labrador) et l’USNavy (340m en Atlantique).

Ses calculs toujours au cœur
des algorithmes actuels

Publiés en 1984, les calculs ZHL121 de ces plon­gées servirent de modèle pour la conception des tables suisses Bühl­mann 1986 de plongée à l’air en altitude, et allemandes Deco’92. Ils sont aussi à l’origine de l’algorithme ZHL6 du premier ordinateur Aladin (1987) que son concepteur suisse Uwatec, aujourd’hui filiale de Scubapro, modifia en 1995 (ZHL6 ⇨ L8) suite à la publication en 1990 des calculs Bühlmann révisés ZHL16 (seize compartiments de périodes T½ quelque peu différentes –de 2,65 à 635min pour l’azote, 1 à 240min pour l’hélium avec la révision des gradients criti­ques); calculs sur lesquels, avec VPM et RGBM aujour­d’hui, se basent toujours les logiciels de déco des plongées profondes, aussi comme algorithme au cœur des ordinateurs multigaz. La différence, par rapport au modèle d’origine pour la décompression en caisson, est sa version ZHL16B ajustée aux conditions de plongée aux tables (les runtime), et la ZHL16C des ordinateurs. Elle nous donne la possibilité de régler différemment –de durcir en quelque sorte les facteurs de gradient GFlow et high (les Mvalues) en vue d’accroître la marge de sécurité avec des paliers démarrant plus profond si GFlow< 100%, tandis que GFhigh100% allonge leur durée à faible profondeur.

Quel GF utiliser? Le choix dépend des facteurs individuels (âge, poids et forme physique) et de la plongée (profondeur et durée). Certains ordinateurs proposent par défaut des valeurs de 20 à 30 pour le GFlow, et de 80 à 85 pour le GFhigh, à l’exemple de ce modèle réglé sur 20 /85 (=prudence renforcée), sauf pour la plongée à l’air: généralement 80 /85, 85 /90 ou 90 /95.

Les algorithmes de nos ordinateurs air /nitrox ont été extrapolés à partir des données ZHL16C qu’il a fallut ajuster aux plongées beaucoup moins longues et profondes que les plongées aux mélanges, à l’exemple de l’algorithme Uwatec ZHL8 (huit compartiments de 5 à 640min) patché ADTMB des anciens ordinateurs Scubapro; de l’algorithme ZHL8+ de même parenté (mais chut!) du suisse Uemis; de l’algorithme avancé ZHL16ADTMB de la nouvelle génération d’ordinateurs Scubapro; de PelagicZ+2 (douze compartiments de 5 à 480min) des ordinateurs Oceanic, AquaLung, Genesis, Sherwood et Tusa; de ZHL16 de l’ordinateur de plongée Garmin.

F.RENÉ

_________

1.ZH pour Zürich et L12 pour la modélisation de l’organisme en 16 compartiments munis de leur propre coefficient (a et b) de sursaturation, excepté le coef. commun aux 4 plus longs (de longue période).

2.Algorithme du Californien Pelagic Pressure Systems, fabricant OEM depuis 1979 d’ordinateurs de plongée pour les plus grandes marques du marché, devenu filiale d’AquaLung en 2015.

  • Article mis à jour le 14/07/2018
  • - Lu 7288 fois


  • Bühlmann toujours comme référence de calcul
    4.6 46 votes

  • Vos appréciations 


  • Partagez cet article

    ©  LA PLONGÉE DANS TOUTE SA THÉORIE, 2018  − Tous droits réservés
    Reproduction intégrale ou partielle interdite, sauf à usage personnel

    Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
    Votre commentaire