Bien se réhydrater avant la plongée suivante

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

La déshydratation par l’immersion

Un danger en plongée successive

QUELLE que soit la profondeur, les effets compressifs de l’im­mersion et de la combinaison néoprène sur les jambes, conjugués à la vasoconstriction des vaisseaux cutanés contre le froid, provoquent un important afflux sanguin (blood shift) vers le thorax; un afflux d’environ 700ml qui, non seulement, gêne les mouvements respiratoires et favorise l’œdème en augmentant les pressions sanguines dans la circulation pulmonaire, mais aussi majore le travail de pompage du cœur qui, du coup, déclenche une réaction hormonale diurétique (la libération de peptide natriurétique ANP sécrété par les oreillettes, et inhibition de la sécrétion d’hormone antidiurétique ADH) visant à réduire la surcharge volémique en tirant un peu la chasse d’eau du sang (90% de sa composition) vers la vessie: entre 600 et 1500ml lors des deux premières heu­res d’immer­sion.

La chasse d’eau
du sang vers la vessie

C’est la chasse d’eau du sang (la diurèse) vers la vessie durant l’immersion, à raison de 4 6ml /min, contre 1 à 1,5ml /min à terre, qui déclenche l’envie d’uriner bien connue des plongeurs qui devient pressante lorsque la vessie atteint sa capacité maximale (entre 300 à 500ml chez l’adulte), sans pouvoir tenir plus longtemps après la plongée quand nous réussissons à nous retenir. L’hypovolémie (baisse du volume san­guin) consécutive à cette chasse d’eau, sans tenir compte des prélèvements pour charger en vapeur d’eau l’air sec (sauf en recycleur) que nous avons inhalé en plongée1, doit être corrigée en buvant suffisamment d’eau au retour de plongée, sans attendre d’avoir soif, pour refluidifier le sang. Sinon, l’augmentation de la viscosité sanguine est facteur de risque d’ADD en plongée successive à plus de 35m, même sans palier, en freinant l’élimination des gaz résiduels dans l’intervalle de temps, et des gaz dissouts à la remontée qui majore le dégazage (les bulles circulantes) non pris en compte dans les calculs de décompression. C’est un ris­que auquel s’expo­sent les plon­geurs qui n’éprou­vent pas le besoin de s’hydrater entre leurs plongées, pas seulement de la bière ou du vin à table complété d’un seul verre d’eau ou deux (125 ou 250ml) comme bien souvent. La plupart attendent d’avoir soif pour boire de l’eau, ou juste quand ils se préparent à plonger… mais c’est trop tard.

Boire après une plongée
sans attendre d’avoir soif

L’importance de la réhydratation justifie la petite bouteille d’eau de 50cl que nous gardons toujours, été comme hiver, à portée de main sur le bateau, et que nous nous efforçons de boire en sa totalité au retour de plongée après avoir satisfait au besoin d’uriner. Et autant dans l’heure qui suit afin de restaurer la fluidité sanguine dont la viscosité constitue, sinon, un risque pour la décompression de la plongée suivante. C’est un risque particulièrement sournois car nous ne ressentons pas le besoin de boire (la soif) pour lutter contre cet état de déshydratation après la plongée.

La soif se déclenche que du moment où nous avons déjà perdu environ 1 à 2% de notre eau corporelle (50cl à 1L chez un homme de 70kg). D’où l’im­portance de boire de façon régulière dans la journée, pas seulement à table, et sans attendre d’avoir soif car il faut du temps pour restaurer le niveau d’hydratation. Il faut se donner comme objectif d’avoir bu au moins 1,3L d’eau (soit l’équivalent de dix verres) quand on se prépare à plonger, jusqu’à la dernière goutte 30min avant.

L’hydratation suffisante est extrêmement importante en plongée successive car la plus grande viscosité sanguine (l’hémoconcentration) au sortir des plongées est néfaste pour les décompressions suivantes, et peut aggraver les répercussions d’un ADD. Aussi, il semble que le délai de survenue d’un accident de décompression après la plongée soit également lié à l’hypovolémie qui favorise les obstructions vasculaires par les bulles résiduelles à défaut d’avoir suffisamment bu au retour de plongée ou trop tardivement.

Attention! aux leurres du café, des colas et du thé qui sont diurétiques, et aux sodas qui ne réhydratent pas suffisamment. Quant aux boissons alcoolisées telles que la bière, non seulement elles ne réhydratent pas, mais pire! maintiennent l’hypovolémie sanguine du plongeur en inhibant la sécrétion de l’hormone vasopressine (antidiurétique) qui le fait uriner, sans compter les conséquences sur la décompression de sa prochaine plongée s’il ne se force pas (normal car n’ayant pas soif) à boire beaucoup d’eau pour refluidifier sa circulation sanguine dans l’intervalle de temps

F.RENÉ

_________

1.Les gaz doivent toujours arriver humidifiés dans nos poumons (PH2O = 47mmHg) pour, en quelque sorte, les diluer avec un peu moins d’O2 dans l’air alvéolaire.

 

 

 

  • Article mis à jour le 15/05/2020
  • - Lu 6747 fois


  • Bien se réhydrater avant la plongée suivante
    4.5 61 votes

  • Vos appréciations 
  • Transfert sanguin produit par L’IMMERSION

    Chez un sujet debout au sec, donc soumis au champ de pesanteur, la masse sanguine (ici schématisée en rouge) est attirée vers le bas en raison de son poids. En immersion, la pression de l’eau exercée sur le corps rétablit un équilibre de pression entre la tête et les pieds qui produit un refoulement du sang vers le centre du corps. Cet afflux sanguin à l’immersion soumet des contraintes à notre système cardiovasculaire et respiratoire en engorgeant le tissu pulmonaire qui perd de sa souplesse, outre l’effet compressif de l’immersion sur l’abdomen qui réduit le volume de nos poumons (-10% de réserve inspiratoire à 40m).


    Partagez cet article

    ©  LA PLONGÉE DANS TOUTE SA THÉORIE, 2020  − Tous droits réservés
    Reproduction intégrale ou partielle interdite, sauf à usage personnel

    Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

    2 commentaires

    1. Voici un article bien écrit et intéressant que je vous invite à lire avec intérêt pour prévenir le danger de la déshydratation en plongée sans que l’on en soit forcément alerté par la soif !

    2. Vraiment intéressant, même si je suis déçu …. La bière n’a pas les qualités escomptées !!

    Votre commentaire