Adaptation de la décompression en lac d’altitude

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
Adaptation de la décompression
en lac profond d’altitude

En France, les plongées profondes en lac d’altitude comme Annecy (450m), Léman (372 m), Aiguebelette (373m), Nan­tua (473m), au Gour de Tazenat (630m), Gérardmer (660m)… entrainaient peu de différence dans la détermination des paliers au moyen des tables, voire pas du tout dans le cas du lac du Bourget (230m) car situé à basse altitude comparée à la marge de tolérance des tables (0-300m). Seuls les lacs de haute altitude exigeaient plus de 5m de correction sur la lecture des tables pour les paliers d’une plongée à plus de 20m, comme au lac Blanc des Giaset situé à 2650m (Lanslebourg MontCenis), le Pavin à 1191m (PuydeDôme), de La Godivelle à 1239m (PuydeDôme), du Bouchet à 1205m (HauteLoire), et en Suisse où beaucoup de lacs profonds (jusqu’à 50m) sont à plus de 1000m avec des températures d’eau autour de 4°C.

Tout se gère aujourd’hui par l’ordinateur qui tient compte dans ses calculs de la différence de pression atmosphérique (Patm) à la plage d’altitude que nous réglons pour notre plongée en montagne:

à plus de 300m ou de 1500m pourSuunto;

à plus de 1000m, 2000m ou de 3000m pour Scubapro-Uwatec;

à plus de 700m, 1500m ou de 2400m pour Mares et Cressi.

… ou qui s’initialise automatiquement à la Patm, comme les ordinateurs tek ainsi que modèles AquaLung, Oceanic, Uemis, avec logiquement calibrage automatique de la profondeur en eau douce quand nous sommes en altitude.

Ordinateurs sans lesquels il était autrefois d’usage d’utiliser les tables suisses Bühlmann 1986, ou allemandes développées par Max Hahn, qui étaient les seules à avoir été étudiées pour les plongées en altitude de 701-1500m, 1501-2500m ou 2501-3500m pour les premières, de 201-700m ou 701-1200m pour les secondes. L’avantage est que leur calcul prenait en compte l’appauvrissement en azote de l’air alvéolaire en altitude (41% à 4500m au lieu de 75%) en raison de la pression constante du gaz carbonique (≈ 40mmHg) et de la vapeur d’eau alvéolaire maintenue à saturation (47mmHg), qui diluent les autres gaz. Pour autant, la plongée en lac d’altitude allonge le temps de la décompression (les paliers) en raison de la plus faible pression atmosphérique qui, augmentant les gradients de pression avec la profondeur, amplifie le dégazage des tissus à la remontée par rapport à une plongée en mer.

S’acclimater avant de plonger

Observons qu’il est recommandé d’atten­dre 3h à une nouvelle altitude afin de s’acclima­ter avant de plonger, 12h audelà 2400m. L’acclimatation est le processus par lequel chacun d’entre nous s’adapte au changement de composition du gaz alvéolaire induit par l’hypoxie d’altitude (bais­se de PO2). Elle se manifeste par une hyperventilation et une tachycardie (haus­se de la fréquence cardiaque) avec augmentation du débit, de la tension et du tonus veineux, qui sont nuisibles à la sécurité de la décompression en plongée le temps que tout revienne à sa valeur habituelle

F.RENÉ

  • Article mis à jour le 31/12/2017
  • - Lu 3949 fois


  • Adaptation de la décompression en lac d’altitude
    4.5 37 votes

  • Vos appréciations 
  • Les records mondiaux d’altitude

    La première plongée en très haute altitude a été réalisée par le commandant Cousteau en 1968, à 3810m, dans le lac Titicaca en Bolivie. Au nord du Ladakh, en Himalaya, l’école de plongée de la Marine indienne a effectué en 1988 quelques plongées dans ses lacs, dont l’un, à 4328m: le lac Pangong Tso. L’année suivante, c’est dans les lacs du Gokyo situés dans le parc national de Sagarmatha, au Népal, qu’une expédition anglaise a jeté son dévolu, notamment dans le Gokyo Tsho à 4785m et le Donag Tscho à 4877m. Deux médecins français ont également organisé des expéditions en altitude: Alain Gleises en 1992 au Dolpo, région de l’Himalaya (plongée à 4400m) et JeanClaude Le Pechon en 1993 au Chili (4500m).

    En 2000, une expédition genevoise dénommée Himalaya High Altitude Diving a établi un nouveau record du monde de plongée en altitude sur un fond de 13m des lacs Gyazumbha Ⅱ (5170m) et Gyazumbha Ⅵ (5523m) du parc de Sagarmatha, au Népal.


    Partagez cet article

    ©  LA PLONGÉE DANS TOUTE SA THÉORIE, 2018  − Tous droits réservés
    Reproduction intégrale ou partielle interdite, sauf à usage personnel

    Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
    Votre commentaire