Abandon de la plongée profonde

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Abandon de la plongée profonde

en industrie pétrolière et par les militaires

À la suite du premier choc pétrolier, la recherche des gisements offshore a donné un formidable coup d’accélérateur à la plongée pour les besoins d’intervention humaine sur les têtes de puits situés à quelques centaines de mètres de profondeur à l’époque (les années 70), notamment en Afrique, en mer du Nord, au large de la Norvège, dans le golfe Persique et du Mexique.

La COMEX qui, en 1976, employait 2200 personnes dont 700 plongeurs, la seule au monde, avec CGDORIS à l’époque, à pouvoir intervenir sur des chantiers sous-marins audelà de 100m de profondeur, à maitriser la soudure hyperbare, démontra ses capacités à aller plus profond. Ce fut notamment le cas en 1988 lorsque ses plongeurs allèrent travailler, à titre expérimental, sur un chantier en mer à -534m avec des mélanges contenant pratiquement 50% d’hydrogène. Qua­tre ans plus tard, l’un d’entre eux a même atteint la profondeur record de -701m en plongée simulée dans le caisson expérimental de l’entreprise à Marseille.

Les engins sous-marins
préférés aux plongeurs

Avec l’emploi des mélanges respiratoires hydréliox (hydrogène ‑ oxygène ‑ hélium), la zone des 150 à 650m était considérée comme acquise. Il n’empêche que les engins sous-marins téléopérés de type ROV qui se sont développés dans les an­nées 80 avec la con­quête de l’offshore à plus grande profondeur, ont vite supplanté l’intervention humaine qui requerrait de trop lourds moyens matériels: un navire support de plongée à positionnement dynamique avec le caissonhabitat des plongeurs à bord (une enceinte de 2m de dia­mètre), et sa tourelle clampée pour les amener sur le chantier au fond via le moon pool central (puits dans la coque). Un caisson qui leur permettait de vivre au sec et au chaud en ambiance pressurisée à la profondeur des travaux qui pouvaient durer plusieurs jours, sans compter les 15h de compression qu’il leur fallait pour un chantier à 300m afin de repousser le seuil d’apparition du Syndrome nerveux des hautes pressions (SNHP), et la longue durée de décompression une fois les travaux terminés: pas moins de dix jours avant de regagner l’air libre à raison globalement de 30m par jour… Certains plongeurs faisaient ainsi 250jours de saturation par an.

… limités qu’aux interventions
à 200-350 m max. aujourd’hui

Ces moyens ne se justifient d’autant plus qu’il n’est plus question aujourd’hui de têtes de puits sousmarines en eaux peu profondes sur lesquelles les plongeurs peuvent encore intervenir, à l’exemple de la plateforme navire qui exploite actuellement le pétrole à 1200m sous l’eau au large de Luanda, en Angola.

Dans ce contexte, il est apparu raisonnable de limiter aujourd’hui à 200m l’intervention humaine pour des travaux à grandes profondeurs, en plongée avec tourelle, tel qu’il est enseigné à l’Institut national de plongée professionnel­le INPP, le plus important au monde, implanté à Marseille, au port de la Pointe Rouge, là où la COMEX avait créé en 1974 sa propre école de plongée (CETRAVIM) devenue INPP le 1er juillet 1982 à la demande du gouvernement, en partenariat avec l’État, le Conseil Général et la ville. Il n’en reste pas moins vrai qu’en marge de la règlementation française, les plongeurs offshores (moins d’une cinquantaine aujour­d’hui) sont toujours appelés à travailler jusqu’à 350m pour l’industrie pétrolière en Mer du Nord, au Brésil, Mexique, Indonésie, Inde, Gabon… sauf si la compagnie est fran­çaise; un métier difficile, impliquant des contraintes importantes, de nombreux déplacements puisque le travail est organisé sur des chantiers ponctuels, 7jours sur 7, 12h par jour, avec la rotation des équi­pes tous les 45jours.

80 m pour les plongeurs de la Marine,
en scaphandre atmosphérique au-delà

Les militaires ont, eux aussi, abandonné la plongée profonde. Depuis 1993, la Marine nationale limite l’intervention de ses plongeurs-démineurs à 80m en recycleur trimix (le CRABE d’Aqua Lung) leur offrant une plus grande autonomie de travail (15min à 80m) que la plongée bouteille trimix ou à l’air limité à 60m depuis 1990, non plus 85m. Pour sa part, l’US Navy limite la plongée à l’air à 58m, même si ses outils de décompression permettent toujours à ses hommes d’en­visager les plongées exceptionnellement plus profondes: jusqu’à 90m/ 25min avec les tables USN 2012 et l’ordinateurs Cochran NavyAIR79. Ils utilisent leur recycleur MK16 dans un souci de silence et d’autonomie des plongées jusqu’à 45 ou 90m selon sa bouteille de diluant (air ou héliox 88/12). Audelà de 80m, le scaphandre atmosphérique rigide Newtsuit, d’origine canadienne (Nuytco), est utilisé par la Marine pour l’interventions humaine jusqu’à 300m.

Qui sont les plongeursdémineurs au sein de la marine nationale? Des hom­mes qui ont pour mission la recherche d’engins explosifs immergés, puis de les neutraliser sur place ou de les faire exploser. Ils sont environ troiscents. À ne pas confondre avec les plongeurs de bord (environ 1400) qui, outre leur emploi principal à bord des bâtiments, sont habilités à plonger pour les visites d’inspection de coque et des travaux sousmarins jusqu’à 35m. Utilisant les recycleurs en circuit fermé (le FROGS d’Aqua Lung) pour les approches sousmarines dans la plus grande discrétion (sans bulles) avec un armement spécifique, les nageurs de combat (une centaine) sont des militaires des forces spéciales formées pour des missions à caractère offensif ( attaques de cibles portuaires ou d’installations littorales) ou de renseignement.

Tous les plongeurs militaires sont formés à l’École de plongée de la Marine située à SaintMandrier (Var), à quelques kilomètres de la base navale de Toulon, avec des formations complémentaires spécifiques à Antibes pour la Gendarmerie, à Angers pour les plongeurs de combat du génie (l’armée de Terre). La formation de plongeur de bord dure 5semaines + 10mois pour acquérir la qualification démineur, 7mois pour nageur de combat

F.RENÉ

  • Article mis à jour le 01/11/2017
  • - Lu 7097 fois


  • Abandon de la plongée profonde
    4.5 84 votes

  • Vos appréciations 


  • Partagez cet article

    ©  LA PLONGÉE DANS TOUTE SA THÉORIE, 2017  − Tous droits réservés
    Reproduction intégrale ou partielle interdite, sauf à usage personnel

    Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

    3 commentaires

    1. Sujet très intéressant

    2. Je trouve cet article vraiment très intéressant et m’a beaucoup appris. Merci pour le partage

    3. Un des tout meilleurs articles que j’ai pu lire sur le sujet. Merci

    Votre commentaire