L’asthme interdit-il toujours la plongée ?

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

L’asthme interdit-il

toujours la plongée? réel danger?

Non, plus depuis 2003 qui a marqué un tournant dans la position médicale devenue moins restrictive au sujet de la plongée pour les personnes asthmatiques. Plus de trois mil­lions en France. Une activité qui leur était interdite, sans distinction du degré de sévérité allant de Ⅰ à Ⅳ. Non par crainte des crises en ellesmêmes –d’essoufflement dû à la contraction des bronches comme l’attestent plusieurs observations rapportant leur survenue sans conséquence en plongée, mais du danger de panique qu’elles peuvent provoquer en immersion avec risque de noyade et de barotraumatisme pulmo­naire.

Non, sous certaines conditions…

Depuis, considérant que le risque est surestimé au vu du nombre de personnes asthmatiques dans le monde (environ 5% des plongeurs) qui s’adonnent à ce sport en toute quiétude, il est apparu nécessaire de reconsidérer la contre-indication à la plongée.

Sans antécédents de crises graves, l’asthme n’est plus un problème si les crises sont rares (moins de sept par an), peu intenses, et sans influence d’un facteur déclenchant tels que l’effort ou le froid. Et en prenant certaines précautions pour la plongée comme y renoncer en période d’instabilité ou de gêne respiratoire, et la prudence d’attendre au moins 48h (jusqu’à 7jours si nécessaire…) après une crise d’intensité modérée.

Il revient au médecin fédéral de décider in fine de l’autorisation ou non de pratiquer la plongée au sein d’un club affilié à la FFESSM ou d’une structure commerciale agréée, selon des critères d’évaluation de l’asthme, clairement définis, au moyen d’une EFR (examen qui mesure les capacités respiratoires) accompagnée, si besoin, d’un test de réversibilité aux bronchodilatateurs (β2mimétiques) à réaliser chez un pneumologue. Pour la plongée, nous devons avoir un VEMS (débit respiratoire) >80% de la normale comme l’exi­gent certains sports. Le rapport VEMS sur CV (Tiffeneau) ne doit pas descendre de plus de 25% des valeurs théoriques. Le test de réversibilité est cliniquement significatif si le VEMS après inhalation du bronchodilatateur augmente de plus de 12% (200ml) par rapport à sa valeur initiale

F.RENÉ

  • Article mis à jour le 04/04/2018
  • - Lu 3947 fois


  • L’asthme interdit-il toujours la plongée ?
    4.5 37 votes

  • Vos appréciations 


  • Partagez cet article

    ©  LA PLONGÉE DANS TOUTE SA THÉORIE, 2018  − Tous droits réservés
    Reproduction intégrale ou partielle interdite, sauf à usage personnel

    Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
    Votre commentaire